Vol thermique de proximité (introduction)

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur whatsapp

Pratiquer le vol à voile radiocommandé avec un planeur piloté à vue c’est essayer d’imiter les oiseaux au gré des mouvements permanents de thermiques naissants, puis transiter avec pour seul moteur l’intelligence de l’air.

Nous ouvrons aujourd’hui une série d’articles consacrés au vol thermique de proximité. Par proximité, nous entendrons ici le vol en basse couche, c’est à dire avec une altitude inférieure à 150m (500 ft). Que ce soit en plaine, aux heures chaudes d’automne et d’hiver (entre 13 et 16 h), au printemps (entre 10 h et 17 h) ou en moyenne montagne l’été (de 10 à 19 h) nous traiterons des vols avec des planeurs légers tels que lancer-main de 1 m50, “planeur de durée” de 3 m50 ou voltigeur léger, sans instrument de guidage ni automatisme : activité écologique par excellence !

Pas de formule mathématique, d’abaque, de mécanique de vol ni de certitudes. ces papiers seront seulement un condensé d’impressions de vol et de 50 ans d’observations empiriques de la pratique du vol sans moteur sous toutes ses formes mais surtout du vol à vue.

 Je les dédie à Joseph Thoret, ‘pilote des remous’ et au génie de son maître Van Gogh, peintre des ‘Turbulences’

"Un ensemble de turbulences de forces et de directions différentes bouillonnent au rythme des thermiques dans les basses couches d’une atmosphère en mouvement permanent''.

"Un ensemble de turbulences de forces et de directions différentes bouillonnent au rythme des thermiques dans les basses couches d’une atmosphère en mouvement permanent''.

André R.

Cette série d’articles est une boite à idée sans ambition littéraire, elle n’est pas figée, faute de certitudes quelques hypothèses demandent à être confrontées à d’autres ressentis. Il sera donc corrigé et modifié, vous avez la parole pour l’améliorer.

3. Pilotage

  1. Effets secondaires des gouvernes
  2. Pilotage 2 axes
  3. Pilotage 3 axes
  4. Pilotage 4 axes

4. Réglages d'un planeur de durée

  1. Réglages au montage
  2. Réglage de la phase transition
  3. Réglage de la phase spirale
  4. Réglage de la phase spirale II
  5. Réglage de la phase vitesse
  6. Crocos
  7. Mixages complémentaires
  8. Une méthode rationnelle
  9. Le dièdre photos supra
  10. Ballast

3 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Autres articles à lire

Le différentiel d’ailerons

Le réglage de différentiel est effectué en trois  manœuvres test dans une aérologie neutre et peu de vent, planeur correctement centré, trimé à la bonne vitesse et sans autre mixage impliquant la dérive ou la profondeur avec les ailerons. 

La spirale

La spirale est une suite de virages à 360° dont le rayon varie suivant les mouvemente horizontaux et verticaux de la masse d’air. Le but est de monter le plus vite possible, il faudra donc voler dans la partie la plus favorable du thermique et à vitesse de chute modérée. Dans le meilleur des cas la spirale est directement centrée dans le thermique, mais son noyau bouge et le planeur ne dessine jamais un cercle parfait tant il est rare de monter sans devoir la recentrer.

Le Huit Paresseux // pente

Le planeur dessine un huit (vu du ciel) en évoluant dans un bol + ou – évasé suivant un axe parallèle à la pente en enchaînant deux virages de plus de 180° face au vent . Il attaque et termine la figure au même niveau et la trajectoire toute en courbe se croise au centre de la figure et c’est seulement au fond du bol, croisement des trajectoires, que le planeur est à plat.

4 Le renversement // pente

Description / Réalisation Une prise de vitesse est nécessaire pour emmagasiner l’énergie nécessaire à la figure.      (1) Pallier d’entrée de figure parallèles au