Construction d’un fuso en lattes balsa

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur whatsapp

Methode de construction utilisée et décrite par Louis Kulicka  dans la construction en images du forum “aeromaniaks”. Il est facile de l’adapter le choix des matériaux (dépron ou balza), le  grammage de fibre de verre et de la répartition des renforts suivant la taille du planeur.  Ici un voltigeur de 2m57 et 1,8 kilo. 

Outils
  • Plan de travail en bois.
  • Vinyl de protection du plan.
  • Marteau, clous de vitrier, épingles.
  • Cutter et règle.
  • Lingots de plomb.
  • Poncettes et papier-verre .
Matériaux
  •  2 ou 3 planches de balsa plume  3 mm . ( 2mm pour un planeur de 2m)
  • Dépron 6mm ou une planche de balsa 3 mm pour faire les couples.
  • Colle aliphatique . (matéraiaux de modélisme)
  • Un chambre à air de vtt.
  • Tissus fibre de verre 50 et 80 ou 110 gr/dm2 .
  • Résine époxy .

Les  1/2 coquilles sont construites simultanément pour éviter toute déformation à postériori. Pose des couples en dépron 6 mm collés au vinyl de protection et à des entretoises de maintien et plaqué  sur le plan par des lingots de plomb . 

 Chaque lice a une largeur de 5mm , elle est trempée et par endroits entaillées pour mieux prendre le galbe , épinglée et immobilisée par un poids . La première suit le contour de chaque 1/2 coquille sur le plan protégé par une feuille de vinyl .

Les autre lices suivent jusqu’à fermeture simultanée des 2 coquilles. Le collage des lices à la colle aliphatique sera plus facile à poncer que la colle vinylique sur cet exemplaire : on apprends de ses erreurs , la colle vinylique reste un peu molle après sèchage , son ponçage complique la finition.

La construction est bien menée , les 2 coquilles sont achevées simultanément , il n’y aura pas de risque de vrillage lors de leur assemblage .  

Assemblage des 2 coquilles collées sous la pression de  quelques tours de lanière de chambre à air de vélo. Pas la peine de l’étirer beaucoup , c’est le nombre de tours qui serre .

Les gabarit de ponçage sont réalisés à partir du plan . Ils permettent de repérer les zone à poncer qui seront tracées au crayon gras .

Masque de scotch d’emballage pour localiser le ponçage

Le mastic microballon léger polyfilla pour boucher et arrondir se trouve en magasin de bricolage .

Construction du volet de dérive . Son longeron est d’abord entaillé puis immobilisé au scotch pour recevoir les nervures en rectangles de Balsa 2 mm elles-même refendues insérer un plat de carbonne (bord de fuite) .

L’ensenble est aligné sur place avant d’être pointé à la cyano . 

 Talon et saumon posés le volet est mis en forme en place au cutter et à la poncette . Après collage définitif le volet sera ensuite désolidarisé de la dérive en retirant le scotch, puis renforcé au niveau du guignol avant finition .

Decoupe de la verrière au cutter en suivant le réglet immobilisé au sctch double face .

Un seul  couple en sanwitch CPL 1mm/balza 3mm/CPL 1mm est conservé 2 cm en avant du bord de fuite de l’aile après destruction des couples dépron, ponçage de l’intérieur du cockpit et finition à l’enduit léger plolyfilla avant marouflage.

Cloisonnement de la dérive et pose à blanc du renvoi de profondeur.

La lèvre de verrière en samba 0.6 de coffrage sera renforcé fibre de verre. Le tube de clef d’aile est posé après marouflage et renforts fibre de verre de l’intérieur du cokpit, pointé-collé à la mise en croix puis collé définitivement avec un congé d’époxy+microballon.

Marouflage extérieur : 1 couche de fdv 50gr sur la dérive avec une rustine de renfort autour du trou de tube de renvoi pendulaire , 2 couches de fdv 110 gr sur le reste du fuso avec renfort d’une couche supplémentaire sur le patin et le nez .

Marouflage de l’intérieur du cockpit : une couche de 80 gr du nez jusqu’au bord de fuite avec renfort autour du tube de clef d’aile et sur la lèvre d’assise de verrière ; une rustine de 50 gr à l’intérieur de la dérive autour du trou de renvoi .

Avant peinture c’est plus léger qu’un fuso moulé comparable et c’est du costaud. Pas belle la vie ?

La construction illustrée du planeur complet  ici  

Une page “AR-X vtpr de 2m60 est prête  à paraitre sur les éditions f+ avec la description du planeur

Plus de publications

2 commentaires

  • Merci pour avoir illustré cette technique.
    La finition avec de la fibre doit alourdir le fuselage ? Une finition pongée de soie/enduit nitrocellulosique serait plus à mon goût.
    Les ailes seront réalisées avec une technique particulière ?
    Des images du modèle terminé ?

    Bons vols.

    Répondre
    • Bonjour Jérome,
      Ce fuso est en composite fibre/balza/fibre la fibre de verre est employée essentiellement pour renforcer le Balza (“le Balza aime la fibre”) de l’extérieur comme par l’intérieur et elle participe accessoirement à la finition, ce que ne permettrait pas à mon expérience la finition pongée de soie/enduit nitrocellulosique.
      Sur un proto l’aspect du bois me plait, je cherche avant tout à faire léger et solide, si j’avais prévu de peindre ce fuso j’aurais utilisé une couche de fibre 25 gr pour un aspect lisse avant apprêt.

      Les expériences de construction sont irremplaçables, si tu as des exemple envoie-les et f+ publiera .

      PS : pour le planeur et des photos j’ai ajouté un lien en fin d’article pour répondre à tes autre questions.

      André

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Autres articles à lire

Centrage & stabilité en images

Ou comment illustrer les tenants et les aboutissants du centrage d’un planeur Points caractéristiques fig.1.- Points caractéristiques FA : Foyer de l’aile (25% CMA aile)

2.9 Quelques planeurs pour la pente

“La pente fait le planeur” En fonction des nombreux sites de vol et de l’aérologieCaractéristiques physiques de la masse d’air plus ou moins favorable au

2.8 Le vol itinérant

La moyenne montagne offre une grande diversité de sites sur toutes les orientations et notamment cet Itinéraire de 3 km en suivant le chemin de

2.7 Les pentes

Un zoom sur Google-earth , un coup d’oeuil sur les courbes de niveau de la carte topographique geoportail sans oublier de consulter niveau de vol