La spirale

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur whatsapp

Description

La spirale est une suite de virages à 360° dont le rayon varie suivant les mouvemente horizontaux et verticaux de la masse d’air. Le but est de monter le plus vite possible, il faudra donc voler dans la partie la plus favorable du thermique et à vitesse de chute modérée. Dans le meilleur des cas la spirale est directement centrée dans le thermique, mais son noyau bouge et le planeur ne dessine jamais un cercle parfait tant il est rare de monter sans devoir la recentrer.

Réalisation

Centrer le thermique

Après la mise en spirale du planeur, une fois incliné l’action à cabrer sur la profondeur contrôle la vitesse en stabilisant l’assiette longitudinale et le contre aux ailerons (manche à l’extérieur du virage) contrôle l’inclinaison. L’inclinaison moyenne du planeur varie selon le diamètre du thermique : entre 10 et 20° dans un thermique large, 30 à 40° dans un thermique plus étroit.

Dans une bulle il ne se passe pas deux tours sans modifier rayon de virage pour rester au plus près d’un noyau qui se déplace dans une ascendance qui change constamment de forme. Lorsque noyau est du côté au vent du thermique on recentre la spirale de la même façon que sur le tour schématisé sur ce dessin.

  1. Elargir la spirale quand le taux de montée augmente : l’inclinaison diminue à 10° (le rayon de virage augmente).
  2. Serrer la spirale quand le taux de montée diminue : l’inclinaison augmente à 40° (le rayon de virage diminue).

     Dès que la montée est régulière conservez une cadence (vitesse de rotation) constante à environ 30° d’inclinaison, puis à mesure que la montée s’améliore : aplatir la spirale (environ 20° d’inclinaison) pour améliorer le taux de chute.

La conjugaison des manches est proportionnelle à l’inclinaison : sur ce schéma elle est détaillée à chaque 1/4 de tour. 

  • La direction reste braquée dans le sens du virage proportionnellement à l’inclinaison : plus de direction quand on serre la spirale, moins quand on l’élargit.
  • La profondeur aussi : cabrer en serrant la spirale, puis rendre la main voire donner parfois un bref ordre à piquer en l’élargissant.
  • Ailerons : plus d’ailerons à contre en serrant la spirale, moins en l’élargissant.

Observation

En vol de pente, dans une plage de portance dynamique immobile, la spirale se pilote comme sur le schéma : pour ne pas se faire déporter par le vent il faut l’élargir face au vent et la serrer vent de dos.

Téléchargez la fiche

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Autres articles à lire

Voltige de pente (6/6)

Les conditions variables du cycle thermique de la pente demandent une adaptation permanente. Le voltigeur prends une décision à chaque figure en dessinant intuitivement ses trajectoires en fonction de la Vz. Son ressenti se construit dans toute les positions et selon toute les orientations.

RES Chapitre 5

La grande actualité du RES en 2021 est le passage devant la FAI afin que la discipline devienne catégorie internationale. Les grands initiateurs sont les Allemands, qui ont proposé leur règlement à l’approbation des instances internationales. Ce règlement est le résultat de plusieurs années de développement de la formule chez eux. Il semble qu’il y aura maintenant quelques saisons où chaque nation pourra proposer des modifications mais qui seront marginales. L’affaire est quasiment pliée.

Meilleurs vœux 2022

Le bureau Finesse + s’associe à moi même pour vous souhaiter ainsi qu’à vos proches une très bonne année 2022.

Le vol dos

Voler sur le dos affute le ressenti. L’assiette du planeur est moins évidente à visualiser que sur le ventre et le pilote doit aussi créer de nouveaux automatismes. Le sens des manches de profondeur et de direction s’inverse :  il faut pousser sur le manche de profondeur pour cabrer (avec le pouce sous le manche), orienter la dérive vers l’extérieur du virage, l’usage des ailerons ne change pas.