1 La vrille simple

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur whatsapp

La vrille simple est une figure de voltige quand elle est insérée dans un enchaînement. C’est la trajectoire complexe d’un planeur qui descend en tournant sur lui-même. En langage populaire, le planeur descend “en feuille morte”.

Techniquement c’est un décrochage dissymétrique entretenu : Le planeur descends en tournant sur lui-même (auto-rotation) suivant une assiette à piquer. Il subit également des oscillations en roulis, et un dérapage latéral.

Réalisation

Chaque vrille est différente sur un même planeur et chaque planeur a ses caractéristiques propres il est donc difficile de généraliser, cependant la double action sur la direction et la profondeur reste une constante.

  • La mise en vrille doit être un décrochage franc par traction progressive sur le manche de profondeur à vitesse réduite suivie ou accompagnée du braquage de la gouverne de direction et parfois aidée par un coup d’aileron dans le sens de la vrille.
  • L’assiette du fuselage varie autour de -45° degrés, elle est fonction du braquage de la direction et de la profondeur. Pour diminuer cet angle il faut un centrage reculé, beaucoup de débattement à l’empennage et mettre les ailerons à contre, le taux de chute diminue et la rotation accélère.
  • La sortie de vrille est anticipée d’un demi-tour, la remise des manches au neutre suffit, le braquage de la gouverne de direction dans le sens opposé à la rotation et (ou) un bref ordre à piquer accélèrent la sortie de vrille. L’utilisation des ailerons permet ensuite de corriger l’axe.
Erreurs fréquentes
  • Trop de vitesse en entrée de vrille retarde la figure.
  • Rotation irrégulière, le planeur a tendance à sortir seul de la vrille : centrage trop avant et (ou) pas assez de débattements d’empennage.
  • Ailerons braqués dans le sens de la vrille, cela devient une spirale engagée avec risque de survitesse.
  •  La vrille ne sort pas dans l’axe prévu : mauvaise anticipation de la sortie.
Facteurs influant sur la vrille
  • Un centrage arrière favorise la mise en vrille. Sur un planeur de voltige de pente il faut trouver le compromis d’un centrage neutre optimisé permettant à la fois de voler lentement et piloter la vrille.
  • Des aile lourdes entretiennent la rotation mais retardent la mise et la sortie de vrille.
  • Le pilotage de la vrille est favorisé par des grands débattements d’empennage. Un empennage en V retarde la sortie de vrille.
  • La vrille est plus facile à entretenir sur les planeurs à profil peu cambré ou symétriques.
Observation

La vrille ventre est le meilleur moyen de faire descendre sans survitesse un planeur r.c. sans fonction aérofrein monté imprudemment en limite de visibilité. Elle fait partie du catalogue du débutant à titre éducatif. S’agissant d’une manœuvre de “sauvetage”, elle n’a pas besoin d’être académique, un bref coup d’aileron dans le même sens que la direction au moment de la mise en vrille peut aider. Attention, conserver les ailerons braqués conduirait au virage engagé en survitesse !

Téléchargez cette fiche
Plus de publications

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Autres articles à lire

Histoires de centrage

Sur le terrain, j’ai remarqué que certains ne savaient pas trop quoi faire pour bien centrer leur planeur,
voire même ignoraient la position du centre de gravité (CG). Or un centrage correct est indispensable
d’abord pour éviter un crash dès le premier vol et ensuite pour procurer des caractéristiques de vol sûres et
agréables. Sur un planeur de taille moyenne, un bon centrage se joue parfois à quelques millimètres près
et il est donc préférable de procéder avec méthode.

Voltige de pente (5/6)

Le débutant motivé trouvera dans cet article une méthode pour s’initier à la voltige. La méthode ne se limite pas à un apprentissage, le pilote évolue à tout âge selon ses moyens, force est de constater que le vol devient plus ludique en améliorant les trajectoires. Il lui faudra d’abord acquérir et cultiver les bons réflexes puis respecter les bases d’une progression en quatre temps.

Voltige de pente (4/6)

Sur les faible dénivelés et avec peu de vent le jeu du vol thermique de relief est agréablement complété par des séances de voltige qui se méritent dans une plage de portance mouvante. Le pilote joue avec le cycle thermique de la pente pour prendre de l’altitude puis voltige près du relief dans le volume virtuel de “la boite” pendant les moments de bonne Vz. Ce vol très ludique à hauteur du seuil de pente, souvent pimenté par des descentes au trou, est confortable pour les cervicales ! 

Voltige de pente (3/6)

Le vol de pente permet au pilote de faire évoluer son planeur à proximité avec la possibilité de répéter inlassablement un programme. En inscrivant le planeur sur des trajectoires épurées dans un cadre grandiose le pilote centre devant lui des enchaînements calibrés de figures dessinées dans des proportions harmonieuses. Sa voltige devient alors une forme d’expression graphique sans avoir forcément recours à des figures extrêmes.