Adoption du règlement européen sur les drones

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur whatsapp

easa-tower-small-300Cet après-midi, en comité de l’Agence Européenne de Sécurité Aérienne EASA le règlement européen sur l’aviation non habitée a été adopté à l’unanimité. C’est une avancée majeure pour l’aéromodélisme au niveau européen. En effet, alors que notre activité était menacée par les premières versions du texte, nous avons obtenu par une action concertée à travers toute l’Europe la pérennisation de l’aéromodélisme. En particulier la Commission européenne reconnait la spécificité du planeur RC qui bénéficie de dispositions qui permettent la poursuite d’une pratique libre à travers l’Europe.

Didier Frutieaux, président de Finesse Plus, association de défense de l’aéromodélisme déclare : «Finesse Plus est la seule organisation aéromodéliste française qui a travaillé sans discontinuer sur ce dossier dès 2017. Nous avons donc été pleinement conscient des risques mais aussi des opportunités pour la continuité de l’aéromodélisme que cette nouvelle législation européenne représentait. Aujourd’hui nous sommes particulièrement fiers d’avoir contribué à ce résultat. Nous remercions chaleureusement nos partenaires européens, en particulier les fédérations suisse FSAM et allemande DMFV. »

Désormais, l’aéromodélisme a la place qu’il mérite au sein de l’aviation européenne. Nous allons maintenant œuvrer pour qu’au plan national cette législation soit mise en application dans le même esprit.

6 commentaires

  • Tout ceci semble bien obscur pour l’aéromodéliste ” lambda ” !
    Pouvez vous nous en dire plus sur ce que celà change avec la loi drone !

    Répondre
  • Un grand Bravo à toute l’équipe de Finesse+
    La loi “locale” devant se mettre en adéquation avec la loi Européenne, c’est normalement bénéfique pour nous, pauvre Français soumis au diktat nos très chères élites….

    Répondre
  • bonjour
    la législation euro est adoptée , chaque pays aura 2 ans max pour rendre conforme sa legislation nationale. Attention ce règlement européen traite de la circulation et de la sécurité aérienne. La loi drone en ajoute une couche specifiquement française au titre de la sureté du territoire, c’est une loi “anti terroriste” (!). Donc elle peut en théorie etre plus royaliste que le roi mais ne peut empêcher la libre circulation des biens et des personnes. On revient de loin avec l’Europe car ils étaient partis pour interdire toute présence humaine (promeneurs) dans l’espace de vol de nos jouets. Par contre les 120m max seront bien appliqués par la France car cela relève de la circulation aérienne.
    la premiere couche (europe) nous est favorable (a part les 150 ramenés à 120m) grace a notre mobilisation.
    La loi drone est une couche différente mais et c’est a nous , ici , de défendre notre pratique et de prouver aux autorités que notre loisir historique ne doit pas être confondu avec les appareils automatiques ou “espion”

    Répondre
  • tu as raison 120 mètre au lieu de 150 ce n’est jamais que 30 mètre de moins et pour ceux qui on 300 mètre ou plus
    ça va faire comment ?quand tu remorque tu largue a 120 mètre alors tu peu arrêter le planeur remorqué sous peine de voir le planeur atterrir en même temps que le remorqueur je vois que rien ne change vous discuter mais c’est eux qui font ce qu’ils veulent

    Répondre
    • Quand tu remorques, tu utilises une piste pour décoller le remorqueur, non ? donc le terrain est déclaré et peut posséder une autorisation supérieure à 150m, 300m sol est fréquent, donc pourquoi larguerait tu à 120m ?
      120 m c’est pour l’espace aérien non déclaré AIP au lieu de 150 aujourd’hui.
      maintenant si tu évolues en remorquage sur un terrain déclaré limité à 150m sol, il est fort possible que celui ci reste à 150m et ne passe pas à 120m. Cette zone de 30m de separation des traffics (habités/non habités) s’appliquera hors terrains declarés mais sur les localisations AIP ?

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Autres articles à lire

Le différentiel d’ailerons

Le réglage de différentiel est effectué en trois  manœuvres test dans une aérologie neutre et peu de vent, planeur correctement centré, trimé à la bonne vitesse et sans autre mixage impliquant la dérive ou la profondeur avec les ailerons. 

La spirale

La spirale est une suite de virages à 360° dont le rayon varie suivant les mouvemente horizontaux et verticaux de la masse d’air. Le but est de monter le plus vite possible, il faudra donc voler dans la partie la plus favorable du thermique et à vitesse de chute modérée. Dans le meilleur des cas la spirale est directement centrée dans le thermique, mais son noyau bouge et le planeur ne dessine jamais un cercle parfait tant il est rare de monter sans devoir la recentrer.

Le Huit Paresseux // pente

Le planeur dessine un huit (vu du ciel) en évoluant dans un bol + ou – évasé suivant un axe parallèle à la pente en enchaînant deux virages de plus de 180° face au vent . Il attaque et termine la figure au même niveau et la trajectoire toute en courbe se croise au centre de la figure et c’est seulement au fond du bol, croisement des trajectoires, que le planeur est à plat.

4 Le renversement // pente

Description / Réalisation Une prise de vitesse est nécessaire pour emmagasiner l’énergie nécessaire à la figure.      (1) Pallier d’entrée de figure parallèles au