Argentine : Drone vs Boeing

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur whatsapp

DRrmvApW0AAr8MzLe 22 décembre dernier est intervenue très vraisemblablement la première collision grave entre un drone et un avion de ligne. Les faits se sont déroulés en Argentine durant l’approche finale de l’aéroport de Buenos Aires Aeroparque et ont impliqué un Boeing 737-800 de la compagnie nationale Aerolinas Argentinas. L’impact s’est produit au niveau du moteur. Il s’agit donc d’un très sérieux incident impactant directement la sécurité du vol. Les pales du fan du moteur ont été sérieusement endommagées mais l’appareil a pû se poser normalement. Les conséquences de cet incident n’ont pas tardé car les autorités argentines ont appelé immédiatement à une nouvelle loi sur les drones, en espérant que cela puisse avoir un impact sur  des agissements aussi irresponsables, ou tout simplement comme chez nous, prendre une posture de communication vis à vis de l’opinion publique. En effet, on a bien a vu avec l’exemple récent du Canada où une législation des plus restrictives au monde a été mise en place mais n’avait pas empêché une collision récente entre un drone et un Beechcraft 1900 d’une compagnie régionale.

Naturellement, nous rappelons que la pratique de l’aéromodélisme, n’a rien à voir avec des agissements consistant à opérer un drone dans le couloir d’approche d’avions de ligne. D’un côté, il existe une pratique responsable avec des pratiquants possédant une culture aéronautique qui pilotent à vue leur aéronef et de l’autre, une ouverture du ciel anarchique à des opérateurs non formés ni informés. (Nous rappelons que le minimum pour un opérateur de drone est d’avoir pris sérieusement connaissance de la brochure de la DGAC)

Finesse Plus demande aux autorités françaises que la spécificité de l’aéromodélisme et son excellent bilan de sécurité soient reconnus dans la loi. L’aéromodélisme tout entier refuse l’assimilation indifférenciée au sein de la catégorie dite des “aéronefs sans personne à bord”.

Nous en faisons une priorité pour nos prochaines actions en 2018.

 

Plus de publications

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Autres articles à lire

1 La vrille simple

La vrille simple est une figure de voltige quand elle est insérée dans un enchaînement. C’est la trajectoire complexe d’un planeur qui descend en tournant sur

Histoires de centrage

Sur le terrain, j’ai remarqué que certains ne savaient pas trop quoi faire pour bien centrer leur planeur,
voire même ignoraient la position du centre de gravité (CG). Or un centrage correct est indispensable
d’abord pour éviter un crash dès le premier vol et ensuite pour procurer des caractéristiques de vol sûres et
agréables. Sur un planeur de taille moyenne, un bon centrage se joue parfois à quelques millimètres près
et il est donc préférable de procéder avec méthode.

Voltige de pente (5/6)

Le débutant motivé trouvera dans cet article une méthode pour s’initier à la voltige. La méthode ne se limite pas à un apprentissage, le pilote évolue à tout âge selon ses moyens, force est de constater que le vol devient plus ludique en améliorant les trajectoires. Il lui faudra d’abord acquérir et cultiver les bons réflexes puis respecter les bases d’une progression en quatre temps.

Voltige de pente (4/6)

Sur les faible dénivelés et avec peu de vent le jeu du vol thermique de relief est agréablement complété par des séances de voltige qui se méritent dans une plage de portance mouvante. Le pilote joue avec le cycle thermique de la pente pour prendre de l’altitude puis voltige près du relief dans le volume virtuel de “la boite” pendant les moments de bonne Vz. Ce vol très ludique à hauteur du seuil de pente, souvent pimenté par des descentes au trou, est confortable pour les cervicales !