Le réseau très basse altitude

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur whatsapp
meeting aerien de Vannes
 @MAXPPP

En complément de notre article sur la carte “Géoportail“, nous allons également vous parler des cartes AZBA. Que signifie cet acronyme ? Il s’agit des Activités Zones Basse Altitude. Le réseau des zones basses altitudes de l’Armée de l’Air représente un réel danger pour l’aéromodélisme. La pratique de l’aéromodélisme dans ces zones est donc totalement incompatible avec la sécurité. Il y a donc un réel danger car les équipages militaires effectuent des vols à très haute vitesse et n’assurent pas la sécurité anti-collision.

Comment savoir si vous êtes concernés ?

Il existe une carte publiée des zones concernées : La dernière modification est récente, elle date de novembre 2016.

Ensuite il convient de vérifier si le segment où vous vous trouvez est actif. Les horaires et les zones d’activation sont actualisés tous les jours. Attention, les horaires sont indiqués en heure universelle (UTC), pour la convertir en heure locale, il convient de rajouter +1H en hiver, +2H en été.

La non activation de la zone ne dispense pas d’assurer la sécurité car l’itinéraire peut être emprunté par d’autres aéronefs militaires, on se trouve alors dans le cadre d’un espace aérien classique (classe G), où la hauteur est limitée à 150 m et où s’applique la règle “Voir et Eviter”.

3 commentaires

  • Bonjour à tous,
    Un bien pour un mal.
    Sur les Monts du Livradois, les AZBA ont fini par nous protéger d’installations d’ éoliennes. Et quand ils passent quel joie !

    Répondre
  • Enfin une vrai démarche de sensibilisation qui permet la responsabilisation des aeromodelistes.
    Cantoner les passionnés que nous sommes à un “petit jardin” fermé ne sert qu’à nous isoler du monde des dangers de l’aéronautique et des connaissances qui nous sont indispensables.
    Comme toujours, plutôt que de privilégier une approche responsable, la fédé préfère se décharger en nous cantonant dans les clubs où le principe meme de découverte et d’aventure de nos ancêtres n’existe plus.

    Répondre
  • En Auvergne, on consulte ces cartes avant d’aller sur divers sites, même si les “couloirs” sont éloignés de ces sites. Et bien cela n’empêche pas les pilotes militaires de sortir de ces couloirs et même de rentrer dans les zones interdites et qui nous sont réservées…. donc prudence.
    Les infractions ne sont pas commises uniquement par les modélistes !

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Autres articles à lire

Le différentiel d’ailerons

Le réglage de différentiel est effectué en trois  manœuvres test dans une aérologie neutre et peu de vent, planeur correctement centré, trimé à la bonne vitesse et sans autre mixage impliquant la dérive ou la profondeur avec les ailerons. 

La spirale

La spirale est une suite de virages à 360° dont le rayon varie suivant les mouvemente horizontaux et verticaux de la masse d’air. Le but est de monter le plus vite possible, il faudra donc voler dans la partie la plus favorable du thermique et à vitesse de chute modérée. Dans le meilleur des cas la spirale est directement centrée dans le thermique, mais son noyau bouge et le planeur ne dessine jamais un cercle parfait tant il est rare de monter sans devoir la recentrer.

Le Huit Paresseux // pente

Le planeur dessine un huit (vu du ciel) en évoluant dans un bol + ou – évasé suivant un axe parallèle à la pente en enchaînant deux virages de plus de 180° face au vent . Il attaque et termine la figure au même niveau et la trajectoire toute en courbe se croise au centre de la figure et c’est seulement au fond du bol, croisement des trajectoires, que le planeur est à plat.

4 Le renversement // pente

Description / Réalisation Une prise de vitesse est nécessaire pour emmagasiner l’énergie nécessaire à la figure.      (1) Pallier d’entrée de figure parallèles au